On connaît le poids de notre héritage socioculturel via la (les) religion(s) monothéiste(s) et machiste(s) qui a (ont) formaté nos principes moraux dont celui qui consiste à assimiler nudité et perversions sexuelles. On sait que ces principes, qui trouvent leur suc dans une tradition judéo-chrétienne pudibonde et hypocrite, ne vont pas disparaître de sitôt. Il…

Avec la fin des beaux jours et l’arrivée des premiers frimas, c’est un autre monde et une autre nature qui s’offrent aux naturistes. Désormais, les centres de vacances qui les accueillaient ont fermé leur porte. Seuls les locataires d’une résidence à l’année résistent. Tous les autres, vacanciers habituels ou occasionnels, ont déserté leur éden ensoleillé.…

Sans prétendre donner une image (trop) idyllique du naturisme tel qu’il se vit aujourd’hui dans les clubs et centres dédiés à sa pratique, force est de constater que les affligeantes vicissitudes souvent déplorées ailleurs sont aussi inexistantes qu’inimaginables : y a-t-on jamais vu une nuisance récurrente, une rixe, une ébriété, une gravelure outrageante et jusqu’à un…

En réduisant nos craintes de nous présenter dans notre authenticité, corps et âme, nous en retirons un sentiment de liberté et de confiance dans la vie. Nous osons être à l’écoute de ce qui nous fait du bien et nous procure du bonheur. Je ne suis pas en train de prôner l’hédonisme comme doctrine, ni…

En France, la nudité intégrale n’est pas protégée par la loi. Celui qui est en état de nudité peut faire l’objet d’une plainte par quelqu’un qui le considère comme exhibitionniste et tomber sous le coup de l’article du code pénal qui punit l’exhibition sexuelle.

Non seulement le corps est tenu pour méprisable intellectuellement sur le plan des valeurs, mais il est affectivement dégoû- tant. La saleté est autant physique que morale. D’où toutes les techniques de propreté et de purification corporelle qui ont été développées dans les religions, l’hygiène, la morale, la médecine, l’éducation, etc.

Étymologiquement, la somatophobie est la haine du corps, de son propre corps d’abord et par la suite, de tous les autres corps. On doit la considérer comme une authentique phobie, c’est-à-dire comme une manifestation de la névrose obsessionnelle, ou, selon les termes de Freud, de « l’hystérie d’angoisse ».